Faire l’histoire - N°94

15,00€

L’histoire est le récit global d’un passé qu’elle périodise. Or tout récit est nécessairement une fiction. La suspicion historienne à l’égard du cinéma qui "arrange" l’Histoire à sa convenance n’a donc pas lieu d’être. Le cinéma a la capacité de se saisir de l’Histoire pour en présenter visiblement les processus en acte : il la fait parler pour aujourd’hui. C’est pourquoi le film devrait être l’indispensable socle du cours d’histoire, surtout quand il s’attache à l’histoire des gens : le cinéma, comme le roman, ne distingue pas entre petite et grande Histoire. C’est en cela aussi qu’il est un art populaire.
Lire l’édito

- Le cinéma fait l’histoire | par L’art du cinéma
- La grandeur de Spartacus : Spartacus, de Stanley Kubrick | par Delphine Catéora-Lemonnier
- Le geste de la croix : Les Croisades (The Crusades), de Cecil B. DeMille | par Sally Viquesnel
- FIN - ça, jamais ! : De Jeanne d’Arc à Philippe Pétain, de Sacha Guitry | par Charles Foulon
- L’État, histoire d’un vide : Si Versailles m’était conté, de Sacha Guitry | par Charles Foulon
- Le chant de la fidélité : Le chant de Bernadette (The Song of Bernadette), d’Henry King | par Denis Lévy
- Un seul mot nous sépare : Juárez et Maximilien (Juárez), de William Dieterle | par Claire Demoulin
- Not only a pretty face : Monuments Men, de George Clooney | par Frédéric Favre
- Renaisse la possibilité de l’Histoire : Phœnix, de Christian Petzold | par Elisabeth Boyer
- Troubles d’un après-guerre : Berlin Express, de Jacques Tourneur | par André Balso

Pour commander ce numéro :