Evénements

Rétrospective Douglas Sirk à la Cinémathèque française et dans des cinémas parisiens

"Il est l’un des cinéastes les plus importants de l’âge d’or d’Hollywood, adulé par Godard, vénéré par Fassbinder, qui louèrent sa liberté formelle et son sentimentalisme raffiné. Né Hans Detlef Sierck en 1897 à Hambourg, de parents danois, il figure parmi les meilleurs metteurs en scène de théâtre dans l’Allemagne de Weimar, avant d’exercer son talent dans des films produits par la UFA, une dizaine de longs métrages aux personnages ambigus et déchirés. Paramatta, bagne de femme et La Habanera font éclore une vedette, l’actrice et chanteuse suédoise Zarah Leander, alors même que le cinéaste trouve son genre de prédilection, le mélodrame. Fuyant le nazisme, exilé aux États-Unis, celui qu’on appelle désormais Douglas Sirk s’essaye au biopic en costumes (Scandale à Paris), au thriller (Des filles disparaissent), au film d’espionnage (Le Sous-marin mystérieux) ou d’aventure (Capitaine Mystère). Mais c’est avec son retour au mélo et sa rencontre avec l’acteur Rock Hudson qu’il révèle tout son génie. Caractérisées par des personnages féminins forts, une utilisation exacerbée de la couleur et un sens profond des émotions humaines, des œuvres majeures comme Tout ce que le ciel permet, Écrit sur du vent ou Mirage de la vie – pourtant méprisées à leur sortie – ont imprimé à jamais l’histoire du cinéma et demeurent source d’inspiration pour nombre de réalisateurs, fascinés, aujourd’hui encore, par ces mélodrames flamboyants." (Cinémathèque française)